Rechercher

De l'importance du toucher


Dans le travail sur le corps, ce qui compte n’est pas juste le touché du thérapeute, mais aussi la réceptivité du patient. De nombreuses personnes, principalement dans notre culture, ne sont pas en contact avec leur corps, ou n’ont pas été soutenues durant l’enfance, et certaines ont très peur du touché ou perçoivent n’importe quel touché comme « sexuel ». « La peau et le touché – L’importance humaine de la peau » approfondit ce sujet. Plus une personne est réceptive à un travail sur le corps, plus la session est efficace.

Un fait important à souligner est que la peau est le plus grand organe du corps et est littéralement la surface du cerveau. Découlant du même feuillet embryonnaire dans le développement pré-embryonnaire (l’ectoderme), la peau et le cerveau migrent aux deux pôles opposés de notre constitution physique, l’un à la surface, l’autre enfoui sous les couches de tissu conjonctif, d’os et de muscles. Comme si, reconnaissant sa propre importance et fragilité, le cerveau se protège lui-même par l’organisme, tandis que la peau et les tissus nerveux, découlant tous de l’ectoderme, prolongent la portée du cerveau jusqu’à notre périphérie physique.

La signification de la relation entre le cerveau et la peau est l’une des relations développementales et physiologiques les plus importantes à comprendre. Sur le plan développemental, les sensations que la peau transmet au cerveau orientent sa croissance de façon très directe. Un manque de stimulation sensorielle au cours des cinq premiers mois de la vie peut entraver le développement du système nerveux central au point d’entraîner un retard mental et même la mort.

Ce fut une leçon apprise dans des orphelinats du début des années 1900, lorsque les taux de mortalité infantile (environ 90%) incitèrent l’Université John Hopkins d’enquêter sur ce problème. Ils découvrirent que les enfants mouraient de faim par manque de contact, parce que le personnel avait à peine assez de temps de nourrir et habiller les enfants qui leur étaient confiés. Comme le personnel a été augmenté pour tenir, câliner et jouer physiquement avec ces enfants, le taux de mortalité est passé de 90% à 10%.


La peau est à la fois protectrice et interactive. C’est un organe de l’immunité (une barrière contre les bactéries), de la régulation de la température (par la transpiration), et plus important encore, elle contient de nombreux récepteurs sensoriels cruciaux du corps, fournissant au cerveau des informations vitales sur l’état du monde extérieur. Le sens du touché, traité par la peau, est la « mère » des cinq sens, puisqu’il apparaît en premier dans le développement embryonnaire. Les yeux, les oreilles, le nez, et la langue, sont tous couverts d